Justice transitionnelle en RDC : le rôle de l'Occident dans les crimes et les violations les plus graves au Congo Kinshasa.

Justice transitionnelle en RDC : le rôle de l'Occident dans les crimes et les violations les plus graves au Congo Kinshasa.

Justice transitionnelle en RDC : le rôle de l'Occident dans les crimes et les violations les plus graves au Congo Kinshasa.

/ Les billets de D. A. Sangara / Sunday, 17 January 2021 15:45


La mise en œuvre de la stratégie appropriée de justice transitionnelle par les institutions gouvernementales pertinentes, les Nations Unies, la société civile et les principales parties prenantes, notamment les victimes, sera certes échelonnée, mais certains de ses éléments doivent être mis en place sans plus tarder et être intégrés dans un nouveau mandat transitionnel de la MONUSCO en République démocratique du Congo.

Cette demande a été prononcé probablement pour la première fois par le président Félix TSHILOMBO et catalysée par le Prix Nobel de la paix, le Dr Denis MUKWEGE. Seulement Mukwege devrait savoir que ceux qui l’ont couronné, ce sont eux les promoteurs des violations les plus graves des droits de l’homme et du droit international humanitaire commises entre mars 1993 et juin 2003 sur le territoire de la RDC.

Et pourquoi à cette période d’une crise institutionnelle en République démocratique du Congo, l’adoption d’une stratégie nationale de justice transitionnelle, qui permettrait de lutter contre l’impunité et de rendre justice aux victimes s’avère importante ?

Remarquez une chose

Pendant près de 25 ans, le régime anticommuniste du Maréchal Mobutu a fait du Zaïre l’un des principaux alliés africains de l’Occident et notamment des Etats Unies. Les aides économiques et militaires de l’Occident et notamment les envois de forces armées pour réprimer les invasions de 1977 et 1978 par les exilés établis en Angola ont joué un rôle primordial dans la pérennité du régime Mobutiste. En échange, la garantie aux Alliés d’un accès aux ressources minérales Zaïrois. C’est vers 1990, où les priorités des Etats Unis ont ensuite changé et ils ont pris des sanctions contre le régime de Maréchal Mobutu en réponse aux violations des droits de l’homme et à la mauvaise gestion des aides.

De même que Mobutu, actuellement les Occidentaux et les Nations Unies veulent se débarrasser de Joseph KABILA et sa classe politique de la gravité des crimes commis au Congo et de l’absence choquante de la justice. Dix années marquées par une série de crises politiques majeures, de guerres et de nombreux conflits ethniques et régionaux qui ont provoqué la mort de centaines de milliers, voire de millions des personnes. Il note que « rares ont été les civils, congolais et étrangers, vivant sur le territoire de la RDC qui ont pu échapper à des violences ». C’est la deuxième page noire de l’histoire du Congo démocratique.

Pendant la transition (pouvoir de 1+4) et au cours des années qui l’ont suivie, plusieurs nominations d’individus dénoncés comme étant responsables de crimes graves commis en RDC, dont certains pour des faits remontant à la période couverte par le projet « Mapping », sont devenus gradés lors de leur intégration dans l’armée nationale créée lors des accords de paix de 2002. Des cas très récents ont confirmé l’absence de volonté du Gouvernement de les exclure. La stratégie du président sortant Joseph Kabila dans son mode de gouvernance, il a choisi de travailler avec certains hommes ou leaders politiques qui étaient tombés dans le filet du rapport mapping. Sa politique de tolérance exagérée a créé un désordre monumental dans le pays.

Droit à la justice, par où commencer ?

En octobre 1997, cinq mois après le renversement de Mobutu, le quotidien américain Boston Globe signala que selon les services de renseignement européens, les forces spéciales américaines avaient pris part aux conflits dans l’Est du Zaïre. Des preuves détectées par les services français impliquaient une centaine de troupes américaines armées engagées dans les hostilités et affirmaient que le gouvernement américain avait été acteur de l’éviction du Maréchal Mobutu.

Deux sources indépendantes lui avaient assuré que les Etats Unis avaient offert assistance à l’AFDL du feu Laurent Désiré KABILA. Dans un entretien qu’il avait accordé à Judi Rever, Smith avait déclaré que la CIA avait installé une antenne satellite dans la résidence de Mobutu à Goma, après sa saisie par le groupe de libération du Congo. « Un coup de pouce incroyable offert à KABILA dans la surveillance des déplacements militaires, mais également des citoyens, en particulier ceux des réfugiés rwandais ».

Des preuves plutôt convaincantes ont démontré que les Etats Unis ont piloté les événements tragiques dans la région des Grands-Lacs Africains, afin de mettre un terme au régime de Mobutu, et ce, au prix d’un lourd tribut humain. Ce qu’ils désiraient, c’était d’attirer les multinationales afin qu’elles exploitent les immenses ressources naturelles du Congo Kinshasa.

En 2009, Sarkozy défenseur de longue date de la politique étrangère des Etats Unis, ne faisait que s’inspirer des faucons politiques américains tels que Herman Cohen et Peter Pham en évoquant le spectre de la balkanisation du Congo au profit du Rwanda et exhortait le Congo à envisager d’accorder une partie de ses richesses minérales au Rwanda.

Si dans le rapport « Mapping », on nous indique qu’il y a eu des crimes commis aux réfugiés Hutu exilés au Zaïre en 1994 ; Pourquoi prétendre rendre justice aux personnes mêmes dont les Nations Unies avaient renoncé à l’envoi d’une force de protection civile ?

Le sang se glace d’effroi dans nos corps, quand on entend les Nations Unies brandir les valeurs démocratiques prétendument si chères à leur cœur. Et je pense qu’aujourd’hui, les Congolais ont le droit de savoir que les érudits occidentaux et les Nations Unies n’ont pas les mains propres aux crimes et massacres perpétrés en RD Congo. Et c’est inacceptable et absurde que le gouvernement congolais ait attribué un nouveau mandat à la MONUSCO pour mettre en œuvre la justice transitionnelle en RDC. Ça parait anormale de demander à une personne d’être le juge des crimes dont elle est la seule commanditaire. Aujourd’hui le gouvernement congolais s’est fait manipuler par Washington pour dissimuler leurs crimes dont la responsabilité est partagée.

Ce n’est qu’en plongeant dans notre propre abîme que nous sommes en mesure d’entrevoir nos erreurs, de mettre la main sur ce qui nous a échappé, sur ce que nous avons préféré. Pourquoi les Nations Unies veulent cacher des faits historiques au grand public Congolais ? Des événements qui sont pourtant essentiels à la compréhension des crimes commis au Congo, l’ex Zaïre. D’un point de vue géopolitique, la politique américaine est bourré d’hypocrisie et de diversion et ne veut pas que l’opinion congolaise sache ce qu’il est vraiment et ce qu’il fait en réalité, contre la République démocratique du Congo.

Exploitant l’histoire de la RDC, il y a lieu de mettre en évidence le combat contre la paix et la prospérité en RDC mené par les USA. Ce sont eux qui ont instrumentalisé Congolais et pays du rift africain pour créer l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL) dont la campagne martiale pour chasser Mobutu sur instigation américaine qui a donné lieu à l’hécatombe des Congolais et aux pillages de leurs ressources par les peuples des pays du rift africain. Pareil avec les guerres du CNDP et du M23, sans oublier l’insécurité à la fois aiguë et chronique établie à demeurer par les autres forces négatives qui exploitent des matières premières au profit des multinationales américaines pour les intérêts desquels, à peine arrivé au pouvoir, le Président Donald Trump a abrogé la loi Dobb Franck qui exigeait la traçabilité des minerais dont s’approvisionnaient les entreprises américaines. La loi Dobb Franck abrogée, le quitus était donné à ces entreprises d’encourager l’activisme des forces négatives de l’Est de la République démocratique du Congo.

Analyse de Didier Amani SANGARA

Notes : Carnages _ Les guerres secrètes des grandes puissances en Afrique. © Librairie Arthème Fayard, novembre 2010.

Author

Steve

Leave a comment

Please publish modules in offcanvas position.