Burundi: la CNTB a-t-elle échoué dans sa mission ?

Burundi: la CNTB a-t-elle échoué dans sa mission ?

Burundi: la CNTB a-t-elle échoué dans sa mission ?

By / CULTURE ET SOCIETE / Friday, 26 February 2021 16:03


Selon la Commission nationale des terres et autres biens (CNTB) ? aucune saisine ne sera pas possible à partir du 13 mars 2021. Dans la foulée, elle s’insurge contre ceux qui l’accusent d’ethnicité et de favoritisme. Pour nombre d’observateurs, la CNTB a lamentablement échoué. Selon eux, elle roule pour le parti au pouvoir.

« Aucune saisine ne sera pas possible à partir du 13 mars 2021. A ce titre, il est recommandé aux présidents des délégations provinciales d’en tirer les conséquences », annonce la CNTB dans une conférence de presse de ce 24 février 2021. Néanmoins, poursuit-elle, la commission continuera à suivre toutes les affaires lui soumises, avant cette date, par des sinistrés ou des occupants secondaires tant au niveau provincial que national, en vue de la restitution de leur patrimoine.

La CNTB attire l’attention sur le respect de la Commission et de la loi qui la régit d'autant plus qu'il y en a qui font la sourde oreille aux décisions qu'elle prend surtout quand il leur est demandé de suspendre les activités dans des endroits litigieux.

Selon la CNTB, le refus d'être notifiées des décisions pour les parties en conflit vise à attendre la fin du mandat de la commission en vue de s'éterniser dans les biens d'autrui. La CNTB fustige la diffamation à l'égard de la commission. Elle prie quiconque croyant avoir été victime d'infractions d'en fournir des faits constitutifs et de saisir plutôt les organes habilités.

La CNTB conseille les citoyens burundais d’éviter la contrefaçon, la falsification des sceaux de la Commission et des faux en écriture commis par des gens qui ne veulent pas restituer la chose d’autrui car ce sont des infractions punissables par le Code pénal burundais. « La situation des gens s'étant forgés en prétendus commissionnaires et représentant l'une ou l'autre partie au confit qui, quand ils sont déboutés, se mettent à dire du n'importe quoi. La Commission saisit cette occasion pour les mettre en garde. »

La CNTB réfute les accusations de favoritisme

« La CNTB porte à la connaissance de tout un chacun qu'il existe, a l'heure actuelle, certains des citoyens burundais mal intentionnés et, essaient de faire croire que la Commission travaille à la merci de l'ethnicité et du favoritisme. Nous rappelons que la Commission reste le seul organe pourvu de compétence de restituer, de réhabiliter les sinistrés dans leurs droits. »

Un observateur de la vie politique burundaise trouve que la CNTB a lamentablement échoué. « Je pense que cette commission a prouvé dans le passé qu'elle fonctionne comme un outil de répression et de spoliation des citoyens qui ne sont pas dans les bonnes grâces du CNDD-FDD. L'habillage maladroit des intentions véritables du pouvoir n'y change rien. »

Maître Gustave Niyonzima, avocat et défenseur des droits de l’Homme, se demande pourquoi cette conférence de presse se focalise seulement sur des aspects trop positifs de la réalisation de la CNTB sans toutefois se poser des questions sur les critiques qui estiment qu’elle est à la solde du pouvoir en place.

« Qui s'excuse, s'accuse. J'aurais bien aimé que cette conférence de presse se focalise à 100% sur des réalisations salutaires et impartiales avec des preuves à l'appui de la réalisation positive de la CNTB. »

En analysant le discours de la CNTB, indique Me Niyonzima, il y a des extraits inhérents aux questions dont cette commission se pose à la place de ceux qui l'estiment à la solde du pouvoir en place et qui arguent sans tergiverser qu'elle a raté sa mission contenue dans les Accords d'Arusha pour la Paix et la Réconciliation au Burundi du 28 août 2000.  « Toutes ces questions astucieuses, insidieuses, ambivalentes et superflues dont la CNTB se pose montrent sans ambages qu'elle s'accuse de quelque chose. Pourquoi ne pas exhiber des gigantesques réalisations faites, avec des preuves et pourcentages impartialement ethniques, et mettent au défi tous ceux qui la critiquent comme partiale au pouvoir en place. »

Pour cet activiste des droits humains, sans cet aspect statistique, inutile que la CNTB montre une image angélique.

Steve Baragafise | Phare Africa Bujumbura

 

 

 

 

 

 

 

Leave a comment

Please publish modules in offcanvas position.